Quelles sont les conséquences de la dépendance ?


Elle est souvent associée à des adolescents qui passent la nuit à jouer en ligne, sans boire, manger ou dormir. Pourtant, la dépendance aux jeux vidéo est le lot de tout le monde. Derrière l’écran de fumée, il y a aussi des pères et des mères, des personnes isolées, solitaires et parfois souffrantes, des jeunes filles qui « achètent » un physique parfait pour tromper la réalité.

L’anonymat des services virtuels et des services en même temps. Mais lorsque nous préférons leur compagnie à celle de notre famille et de nos amis, lorsque le jeu est notre seul confort ou qu’il affecte nos performances académiques ou professionnelles, c’est le signe d’un déséquilibre qui peut être causé par une addiction, ou plus précisément, une cyberdépendance.Dans cet article :

A voir aussi : Quel est le meilleur métier ?

Qu’est-ce que la cyberdépendance ?

Comment savoir si vous êtes accro aux jeux vidéo ?

Lire également : Qu'est-ce que l'APA en Ehpad ?

Est-ce sérieux d’être accro aux jeux vidéo ?

Est-ce que tous les joueurs courent un risque ?

Mon enfant est accro aux jeux vidéo, comment puis-je l’aider à se modérer ?

Quelles sont les conséquences d’une addiction aux jeux vidéo ?

L’un de mes proches est à charge, que dois-je faire ?

Qu’est-ce que la cyberdépendance ?

La dépendance aux jeux vidéo fait partie de la famille plus large des cyber-addictions, qui elle-même est considérée comme une forme de dépendance.

Dans une cyberdépendance, l’objet du problème est un comportement ou une activité réalisée via Internet.

Selon le Manuel de diagnostic et les statistiques sur les troubles mentaux (DSM-5), la dépendance est définie comme « un comportement persistant et récurrent lié à la consommation de substances ou à un comportement, causant une détresse cliniquement significative ou une perte de fonctionnement.1 »

Les dépendances sont divisées en 2 grands groupes qui sont :

1. Troubles liés à l’usage de substances (alcool, caféine, drogues, etc.)

Dépendance physique

Besoin physique incontrôlable voire insupportable de consommer (envie)

Développement d’une tolérance aux effets de la substance, ce qui signifie que la personne a besoin de doses de plus en plus élevées

Sevrage entraînant des effets physiques importants (diarrhée, vomissements, migraines, etc.)

2. Troubles non liés aux substances (jeux de hasard, pornographie, etc.)

Dépendance comportementale

Besoins psychologiques liés à un comportement obsessionnel ou compulsif

Le manque se manifeste par des symptômes psychologiques (anxiété sévère, détresse, frustration, insomnie, mauvaise humeur, etc.)

La cyberdépendance a plusieurs points communs avec la dépendance comportementale

À ce jour, la cyberdépendance n’est pas encore officiellement reconnue par le DSM-5. En effet, les personnes qui en souffrent témoignent des mêmes conséquences que celles qui sont accro au jeu ou à la pornographie : sentiments dépressifs accrus, difficultés de communication, conséquences majeures sur les activités sociales et scolaires3,9,10. Certains experts vont même jusqu’à affirmer que les stimulations cérébrales lors d’une utilisation pathologique d’Internet sont similaires à celles liées à la consommation de drogues11. . Cependant, nous pouvons nous appuyer sur les connaissances médicales actuelles pour mieux la comprendre et la traiter.

Comment savoir si vous êtes accro aux jeux vidéo ?

Des études montrent que les hommes âgés de 13 à 30 ans sont plus susceptibles de développer une dépendance aux jeux vidéo 4. Cela ne signifie pas que les femmes ou les hommes plus âgés ne courent aucun risque, loin de là. Mais le fait de savoir que ce problème est plus fréquent chez certaines catégories de personnes que dans d’autres nous permet de porter une attention particulière aux signaux d’alerte.

Bien qu’il n’existe aucun critère officiellement reconnu pour diagnostiquer la cyberdépendance et la vidéo la dépendance au jeu, les chercheurs se sont inspirés des différents outils utilisés pour mesurer la dépendance comportementale afin de définir des repères facilitant le traitement des troubles.

Parmi les livres publiés sur le sujet, on retrouve CyberPsychology & Behavior. Ce guide, produit par un groupe de spécialistes sous l’égide de Chih-Hung Ko6, rassemble un ensemble de critères permettant de déterminer si une personne a une utilisation problématique d’Internet et risque de souffrir d’un trouble de cyberdépendance.

Voici quelques exemples :

Des échecs répétés dans la tentative de résister à l’impulsion d’utiliser Internet

Une augmentation marquée de la durée d’utilisation d’Internet pour atteindre le niveau de satisfaction souhaité

Efforts excessifs pour obtenir un accès ou une connexion à Internet

L’utilisation excessive d’Internet malgré la connaissance d’un problème psychologique causé ou exacerbé par cette utilisation.

Est-ce mal d’être accro aux jeux vidéo ?

La dépendance aux jeux vidéo, bien qu’elle ne cause pas de problèmes physiques autres que des problèmes de posture ou des troubles musculaires4, est souvent responsable du développement de graves problèmes sociaux et psychologiques .

En effet, le fait de surjouer aux jeux vidéo comporte un risque important pour le fonctionnement social, car cela réduit généralement considérablement les occasions de socialiser et de tisser des liens solides avec des amis. Les mauvais traitements peuvent également détériorer les relations déjà existantes ; la personne ne quitte plus son écran, ses amis y voient un désintérêt, la camaraderie est émoussée et l’éloignement est créé.

En plus des effets marqués sur la sociabilité, passer trop de temps devant l’écran augmente également le risque de dépression, diminue les performances scolaires et augmente le risque de développer des problèmes comportementaux3.

Être accro aux jeux vidéo peut donc avoir des conséquences relativement graves.

De plus, la recherche montre que la dépendance aux jeux vidéo peut provoquer des symptômes de sevrage similaires à ceux qui surviennent lorsque vous arrêtez de consommer une drogue. En effet, la personne qui passe la majeure partie de son temps à jouer et qui arrête brusquement verra son anxiété monter en flèche . Elle peut se manifester par des symptômes physiques allant jusqu’à des tremblements et des sueurs froidees5.

Ces résultats ne font que confirmer l’importance de prêter attention aux signaux de détresse et de ne pas banaliser cette dépendance.

« Quand un joueur commence à souffrir de votre passion, c’est qu’il est temps d’agir pour changer les choses. »

L’histoire de Guillaume, accro aux jeux vidéo

Guillaume Carrier, aujourd’hui âgé d’une trentaine d’années, a raconté au journal Le Soleil2 son addiction aux jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs (MMORPG) afin de sensibiliser les gens aux mécanismes sournois qui peuvent mener à un problème de dépendance. Dans ce type de jeu vidéo, la personne se crée un avatar qu’il avance en interagissant avec d’autres joueurs du monde virtuel contrôlé par le programme.

La particularité de l’addiction aux jeux vidéo est qu’elle semble triviale au départ . De l’extérieur, il se confond avec n’importe quel autre passe-temps passionnant. Comme tous ceux qui laissent libre cours à leur passion, M. Carrier, alors âgé de 19 ans, n’avait aucune raison de croire qu’il développait une dépendance qui le suivrait pendant 15 ans et l’amènerait en thérapie.

Cependant, son obsession s’est rapidement transformée en un trou noir de vices et de dangers . Au plus fort de sa dépendance, il pouvait consacrer jusqu’à 20 heures de sa journée aux jeux en ligne. Il n’a plus une alimentation équilibrée et, pour compenser pour son manque de sommeil et d’énergie, enchaîné des boissons énergisantes, de la cocaïne et des méthamphétamines.

Les conséquences de ses mauvais traitements étaient nombreuses et bien réelles  : difficulté à conserver un emploi stable, manque de relations sociales, développement de dépendances connexes (pornographie, jeux de hasard et jeux de hasard).

Pour en savoir plus sur l’histoire de Guillaume, lisez l’article Cyberdépendance : quand l’écran devient une obsession

Est-ce que tous les joueurs courent un risque ?

Le développement d’une dépendance aux jeux vidéo dépend d’une multitude de facteurs personnels et sociaux qui ne peuvent pas être énumérés de manière exhaustive.

Cependant, le niveau d’implication de la personne dans son activité et la fréquence à laquelle elle joue sont de bons indicateurs pour évaluer le risque de développer une dépendance.

Les chercheurs ont élaboré un modèle qui inclut 4 catégories d’acteurs et le niveau de risque associé.

1. Nombre total de joueurs impliqués

A plusieurs raisons personnelles de jouer aux jeux vidéo

Se considère comme un joueur dans son identité

Risque très élevé de développer une

dépendance Profil correspondant à 33 % des joueurs de jeux vidéo

2. Joueur impliqué et compétitif

Jouez surtout pour le plaisir

Motivé par la compétition acharnée et le désir de se lancer des défis

Risque modéré de développer une dépendance

Profil correspondant à 25 % des joueurs de jeux vidéo

3. Joueur qui s’échappe

Jouez surtout pour vous évader

Motivé par le fait de jouer un personnage dans un jeu de rôle

Risque modéré de développer une dépendance

Profil correspondant à 25 % des vidéos des joueurs

Joueur « Hobby »

Considérez le jeu comme un passe-temps, pour rester occupé pendant votre temps libre

Aucune motivation particulière ne le pousse à jouer autrement que dans le temps perdu

Faible risque de développer une dépendance

Profil correspondant à 14 % des joueurs de jeux vidéo

Ces catégories nous permettent de mieux nous situer par rapport aux risques encourus. Cependant, il faut rester prudent dans leur utilisation, car un joueur peut facilement passer d’une catégorie à une autre, augmentant ainsi son risque de développer une dépendance. Pourquoi la dépendance aux jeux vidéo est-elle si courante ?

Les jeux en ligne sont conçus pour créer un besoin de jouer, une sorte de peur de manquer en dehors (FOMO). Le concept — indispensable pour générer des profits — découle du fait que le contenu de ce type de jeu est constamment alimenté et qu’il est accessible pendant une durée limitée dans le monde virtuel, créant ainsi une urgence de jouer au détriment d’autres activités.

Mon enfant est accro aux jeux vidéo, comment puis-je l’aider à se modérer ?

Il n’est pas recommandé de couper complètement le temps de jeu et de tout interdire. Cette approche peut même contribuer à amplifier la situation au lieu de l’améliorer. Dans de telles circonstances, il est préférable de parler ouvertement à votre enfant afin de connaître son point de vue et de déterminer ensemble les mesures à prendre.

Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à agir de manière constructive.

Fixer des limites de

temps Fixer une limite de temps de jeu quotidienne ou hebdomadaire avec votre enfant permet de répondre aux attentes de chacun, tout en démontrant que vous comprenez qu’il aime ce passe-temps. L’idée n’est pas de imposer une limite, mais plutôt d’être d’accord avec lui sur un temps raisonnable à passer devant l’écran.

Discuter

Ce n’est pas parce que votre enfant aime les jeux vidéo qu’il n’est pas en mesure de présenter un point de vue pertinent. Intéressez-vous à ce qu’il fait, aux jeux qu’il aime le mieux, à la façon dont il voit les choses. En étant ouvert et compréhensif, il sera plus facile de leur faire prendre conscience que leur comportement est excessif et qu’ils peuvent passer trop de temps devant l’écran. La meilleure façon d’influencer votre jeune est d’être son complice et non son adversaire.

Faites un plan

Si la situation est vraiment préoccupante, il est important d’avoir des objectifs et de planifier une désensibilisation progressive comme c’est le cas pour les toxicomanies. En réduisant le temps de jeu par étapes, il sera plus facile pour le jeune de s’engager réellement dans ce processus, d’en ressentir progressivement les bénéfices et ainsi de retrouver un équilibre. Ce sera aussi plus motivant pour lui de voir qu’il atteint ses objectifs et progresse !

La rechute est normale

On dit souvent : dans le traitement d’une dépendance, la rechute fait partie du rétablissement. Ce dicton s’applique également aux joueurs. Ne vous découragez pas si votre enfant semble régresser. La rechute ne doit pas être considérée comme un retour à la case départ, mais plutôt comme un signe que des progrès ont été réalisés et que les stratégies mises en place fonctionnent.

Quelles sont les conséquences d’une addiction aux jeux vidéo ?

Les conséquences d’une addiction aux jeux vidéo sont multiples et se manifestent peu à peu. Voici certains d’entre eux :

L’anxiété de ne pas jouer et de manquer quelque chose d’important

Pression de performance par rapport aux autres joueurs

Une vie sociale et familiale appauvrie

Tensions et conflits avec les proches

Hygiène personnelle négligée (toilettage, alimentation, dormir, boire, etc.)

Perte d’intérêt pour toute autre activité (loisirs, échanges, école, travail, projets, etc.)

En général, à mesure que le temps passe, un cercle vicieux s’installe

La famille. Les amis abandonnés cessent d’apparaître, la personne s’isole encore plus et se réfugie dans ses jeux ; les mauvaises habitudes prennent de l’ampleur et ceux qui vous entourent souffrent de plus en plus. , qui ne sait pas nécessairement comment réagir, peut avoir de la difficulté à composer avec les comportements de la personne et se sentir impuissante face à la situation. Voir un être cher perdre contact avec la réalité pour de simples jeux vidéo est parfois source de malentendus. Cela peut générer de l’anxiété, de la frustration, de la culpabilité ou même des inquiétudes quant à son avenir.

C’est pourquoi il est important que la famille de la personne cyberdépendante soit également soutenue psychologiquement et équipée pour bien comprendre la situation et soutenir la personne dépendante dans son récupération.

Un test pour dépister la dépendance aux jeux vidéo ?

Parmi les outils qui existent pour déterminer si une personne présente des traits et des comportements caractéristiques d’une personne dépendante, il y a le Test de dépendance à Internet (IAT), qui est facilement accessible sur Internet.

Attention ! Cet outil ne vous permet pas de poser un diagnostic médical, mais il peut vous donner matière à réflexion si vous vous inquiétez pour quelqu’un de votre entourage.

L’un de mes proches est à charge, que dois-je faire ?

Tout d’abord, reconnaissez qu’il peut en souffrir. Malgré le fait qu’il est impossible de forcer une personne à suivre un traitement, il est tout de même possible de l’informer sur ses comportements en utilisant les stratégies décrites ci-dessus.

Soutenez-le dans cette épreuve

Il ne faut surtout pas oublier que la personne cyberdépendante souffre. Par conséquent, avant tout, elle a besoin de se sentir soutenue et reconnue dans ses souffrances.

L’ écoute empathique est souvent la première chose à faire. Une personne qui se sent comprise et acceptée malgré tout aura plus de chances de s’ouvrir et de se laisser aider.

Adressez-le à un psychothérapeute

dépendance aux jeux vidéo est généralement abordée de la même manière que la dépendance au jeu. L’aide d’un psychologue spécialisé peut faire toute la différence dans le rétablissement de la personne La , car elle peut dès le départ proposer les bonnes stratégies et fournir les bons outils pour lui permettre de surmonter les défis qui se présentent.

Internet faisant partie intégrante de nos vies, une dépendance à un jeu vidéo en ligne, tout comme une cyberaddiction, est parfois plus difficile à traiter. Comment se couper complètement de son objet de désir lorsqu’il est essentiel pour le travail, pour s’informer ou pour rester en contact avec sa famille et ses amis ? Cet aspect est le principal obstacle au rétablissement pour les personnes cyberdépendantes.

Si vous ressentez le besoin d’être accompagné par un professionnel , n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec l’un des psychologues de la Clinique de psychologie du Québec.

Appel à des ressources externes

Plusieurs organisations proposent de l’aide ou des informations sur la cyberdépendance.

Voici quelques exemples :

Centre de thérapie CASA Principalement un centre de traitement et de prévention des addictions, le centre CASA possède également une expertise dans le traitement de la dépendance à Internet et aux jeux vidéo. Pour plus d’informations, visitez le site https://www.centrecasa.qc.ca/

Le Grand Chemin, un centre spécialisé pour adolescents Accueillant une clientèle adolescente, Le Grand Chemin est spécialisé dans le traitement des addictions de toutes sortes. Il propose également des formations et des conférences pour permettre aux proches d’en savoir plus et de mieux aider leur adolescent. Pour plus d’informations, visitez

https://www.legrandchemin.qc.ca/ Centre de réadaptation des dépendances de Québec et de Montréal (CRDQ/CRDM) Dans le cadre du système de santé publique et affiliés au Centre universitaire intégré de santé et de services sociaux (CIUSSS), les centres de réadaptation en toxicomanie offrent des services professionnels intégrés au système de santé publique. Une multitude de centres existent dans la région, dont un à Québec et un autre à Montréal. Pour plus d’informations, visitez le site https://ciusss-centresudmtl.gouv.qc.ca/soins-et-services/problemes-de-consommation-ou-de-dependance

La vie continue…

Reconnaître votre cyberaddiction n’est pas une fin en soi, mais la première étape pour prendre réellement conscience de sa vie, de ses besoins et de ses désirs.

En prenant soin de lui, la personne se donne tous les outils nécessaires pour apprendre à vivre avec cette sensibilité. En plus de se doser dans sa consommation, elle peut équilibrer sa vie en s’ouvrant à de nouvelles les activités qu’elle aime.

Même si la vulnérabilité persiste, toutes les expériences et les stratégies développées continuent de porter leurs fruits au fil du temps. Avec le soutien de vos proches, il ne fait aucun doute que la vie peut redevenir belle !

Des spécialistes pour vous accompagner

Prenez rendez-vous pour une consultation

Références :

  1. Association américaine de psychiatrie. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd.). https://doi.org/10.1176/appi.books.9780890425596
  2. Allard, M. (8 décembre 2017). Cyber dépendance : quand l’écran devient une obsession. Le Soleil. https://www.lesoleil.com/actualite/cyberdependance-quand-lecran-devient-obsession-dcf419cab87c28e9da8497f9615f46c9
  3. Brunborg, G.S., Mentzoni, R. A. et FrøyLand, L.R. (2014). Les jeux vidéo, ou la dépendance aux jeux vidéo, sont-ils associés à la dépression, à la réussite scolaire, à une consommation excessive d’alcool ou à des problèmes de conduite ? Journal des addictions comportementales, 3 (1), 27-32.
  4. https://doi.org/10.1556/JBA.3.2014.002 Griffiths, M.D., Kuss, D.J., King, D.L. (2012). Dépendance aux jeux vidéo : passé, présent et futur. Examens actuels de psychiatrie, 8 (4), 308-318. https://doi.org/10.2174/157340012803520414
  5. Griffiths, M.D., Meredith, A. (2009). L’addiction au jeu vidéo et son traitement. Journal of Contemporary Psychotherapy, 39, 247-253. https://doi.org/10.1007/s10879-009-9118-4
  6. Ko, C.H., Yen, Yen, Yen, C.F., Lin, H.C. & Yang, M.J. (2007). Facteurs prédictifs de l’incidence et de la rémission de la dépendance à Internet chez les jeunes adolescents : une étude prospective. Cyberpsychologie et comportement, 10 (4), 545-551. https://doi.org/10.1089/cpb.2007.9992
  7. Porter, G., Starcevic, V., Berle, D. et Fenech, P. (2009). Reconnaître les problèmes d’utilisation des jeux vidéo. Journal australien et néo-zélandais de psychiatrie, 44, 120-128. https://doi.org/10.3109/00048670903279812
  8. Schuurman, D., De Moor, K., De Marez, L. et Van Looy, J. (2008). Fanboys, Compétiteurs, Escapistes et Time-Killers : une typologie basée sur les motivations des joueurs à jouer aux jeux vidéo. Actes de la 3e conférence internationale sur les médias interactifs numériques dans le divertissement et les arts, 46-50. https://doi.org/10.1145/1413634.1413647
  9. Smyth, J.M. (2007). Au-delà de l’auto-sélection dans le jeu vidéo : un examen expérimental des conséquences du jeu de rôle massivement multijoueur. Cyberpsychologie et comportement, 10 (5), 717-721. https://doi.org/10.1089/cpb.2007.9963
  10. Toker, S. & Baturay, M.H. (2016). Antécédents et conséquences de la dépendance au jeu. Les ordinateurs et le comportement humain, 55, 668-679. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0747563215301813?via=ihub
  11. Zastrow, M. (2017). La dépendance aux jeux vidéo est-elle vraiment une addiction ? Actes de l’Académie nationale des sciences des États-Unis d’Amérique, 114 (17) 4268-4272. https://doi.org/10.1073/pnas.1707226114