Seniors

Quelles solutions face à la perte d’autonomie ?

Quelles solutions face à la perte l'autonomie

La fragilité physique, les problèmes de mobilité et la détérioration de certains systèmes biologiques entraînent l’état de dépendance chez les personnes âgées. Ceux-ci ont alors besoin d’une alimentation saine et des pratiques d’exercice physique pour se maintenir en forme, sans oublier une totale assistance pour accomplir les besoins quotidiens.

Cependant, l’indisponibilité du proche dû à leurs occupations personnelles peut laisser les séniors seuls face à leur dépendance. C’est pourquoi certaines solutions d’encadrement ont été prévues pour prendre soin d’eux. Découvrez-les ici.

A lire aussi : Pourquoi devenir directeur d'Ehpad ?

Qu’est-ce que la perte d’autonomie

Encore appelée dépendance, la perte d’autonomie est l’état d’une personne qui, malgré les soins qu’elle est susceptible de recevoir, est dans l’incapacité absolue de réagir à ses propres besoins. C’est dire que celle-ci a besoin d’aide pour accomplir des actes essentiels de la vie courante, dans son environnement habituel.

La dépendance et perte d’autonomie peut survenir brutalement à la suite d’un accident, d’une maladie réduisant les facultés cognitives ou motrices (Alzheimer ou Parkinson) ou d’un choc psychologique (la perte d’un être cher ou du conjoint). Elle peut également s’installer de façon progressive avec le vieillissement naturel au fur et à mesure de la dégradation des facultés physiques et psychiques de la personne.

A lire en complément : Apprendre une nouvelle langue étrangère pour un senior : quels avantages

Dans le second cas, des signes apparaissent généralement quelque temps avant la survenue de la dépendance. Pour mieux prendre en charge un sénior, il est important de surveiller de près l’apparition de ces symptômes.

Les difficultés à se lever, les troubles de l’équilibre, la perte de poids, la baisse de l’activité physique, la fatigue et la marche hésitante sont les signes de troubles physiques chez la personne. Lorsque celle-ci commence à changer ses habitudes alimentaires ou qu’il devient hypersensible qu’il s’isole, ou ne maintienne plus la même hygiène, ce sont des symptômes de troubles psychiques. Des mesures doivent être prises par l’entourage de la personne pour l’encadrer au plus vite.

Perte d’autonomie : quelle solution ?

Il existe plusieurs solutions pour encadrer un sénior en perte d’autonomie. Entre l’EHPAD et les aides à domiciles, vous trouverez sans doute une offre intéressante.

Les EHPAD (Établissements d’Hébergement pour Personnes âgées dépendantes)

Cette solution est la plus évidente, mais aussi la plus médiatique. Les maisons de retraite ou EHPAD ont l’avantage unique de mettre votre proche dans de bonnes conditions avec tout l’encadrement et l’assistance possible. Cependant, ce lieu ne suscite pas toujours l’intérêt des séniors.

S’ils sont en permanence surveillés, certaines personnes perdent tous leurs repères à cause du changement total d’environnement. Qui plus est, elles ne peuvent pas aller et revenir comme elles le faisaient, ce qui en soi donne le sentiment qu’on a perdu le peu d’autonomie qui lui reste. Par ailleurs, les EHPAD peuvent être très coûteux et nécessitent donc un capital important.

solutions face à la perte l'autonomie

Les aides à domicile

Les aides à domicile sont des solutions alternatives aux maisons de retraite. Elles sont réparties en trois catégories.

Les services d’accompagnement à domicile prestataire

Ces services disposent des prestataires qualifiés qu’ils mettent à disposition des clients moyennant une rémunération. Dans ce cas, même si l’intervenant délégué auprès du sénior est à ses services, il n’est pas son subalterne.

L’avantage du recours à une telle entreprise est qu’aucun contrat ne lie les deux parties et que la collaboration peut cesser à tout moment. De plus, en cas d’absence de l’intervenant habituel, le service a le devoir de dispatcher un remplaçant.

Mais cette solution ne présente pas que des avantages, elle a quelques inconvénients. Notamment, le coût très élevé de sa prestation. L’impossibilité de choisir soi-même son intervenant est également une des limites de cette solution. Par ailleurs, on n’est jamais assuré que le prestataire délégué auprès du sénior restera toujours le même. Des changements peuvent subvenir régulièrement.

Les services mandataires

Le point distinctif entre ce service et le précédent est que vous conservez le titre d’employeur de l’intervenant. L’agence ne fera rien d’autre que de vous présenter des candidats que vous devriez choisir. De cette façon, vous êtes assuré que celui-ci ne sera pas remplacé sans votre aval et qu’il restera toujours en poste pour servir votre proche.

Mais tout comme la précédente solution, le coût de celle-ci est aussi élevé. Aussi, en cas de maladie de l’intervenant, aucun remplaçant ne vous sera envoyé.

Les aides salariés

C’est la dernière catégorie des aides à domiciles. Il s’agit d’un emploi direct sans intermédiaire. L’avantage est donc l’absence de frais de commission pour les conseils d’une agence tierce, ce qui permet assurément de faire d’importantes économies.

Par ailleurs, vous payerez le prestataire avec le dispositif mis en place par l’État c’est-à-dire la CESU déclaratif. Le recours aux aides salariés est l’option la moins chère pour encadrer un sénior et lui prêter assistance.

Les différentes formes de perte d’autonomie : comment les reconnaître ?

La perte d’autonomie peut prendre plusieurs formes. Voici quelques signaux qui peuvent vous alerter sur l’état de votre proche.

Si votre proche a du mal à se mouvoir ou si les gestes qu’il faisait avant deviennent compliqués, c’est un signal fort que quelque chose ne va pas bien. S’il ressent des douleurs chroniques, il faut rapidement agir pour éviter une aggravation de son état. Effectivement, ces douleurs peuvent être l’expression d’une maladie dégénérative comme la sclérose en plaques ou encore la polyarthrite rhumatoïde. Pensez à bien consulter régulièrement un médecin pour faire les examens nécessaires et établir un diagnostic clair et précis.

Le vieillissement naturel implique souvent certaines difficultés cognitives chez la personne âgée. Toutefois, certains changements flagrants doivent attirer votre attention :

• Incapacité à se souvenir des faits récents ;
• Perturbation du langage courant (nommer les objets) ;
• Vision trouble causant une gêne pour la lecture ou les activités manuelles ;
• Délire permanent et incohérent.

Si ces symptômes se manifestent, il est impératif de prendre rendez-vous avec un neurologue qui saura déterminer l’origine du problème et proposer une cure adaptée à votre proche.

Ce type de perte d’autonomie peut être difficilement perceptible. Effectivement, la personne âgée a souvent des problèmes d’acuité visuelle et auditive qui diminuent son champ de perception. Si vous remarquez que votre parent ne voit plus aussi bien qu’avant, cela peut avoir plusieurs origines :

• L’altération du cristallin provoquant une cataracte ;
• L’altération rétinienne liée au diabète ou encore à l’hypertension artérielle ;
• La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) altère parfois notre acuité visuelle.

Pour ce qui concerne les troubles auditifs, le bruit constant dans nos sociétés modernes est un facteur aggravant.

Pour répondre aux différentes formes de perturbation autonomique évoquées plus haut, quelques gestions peuvent être envisagées :

• Faire appel aux professionnels spécialisés en cas de besoin pour donner des coups de main ponctuels ;
• Réaliser régulièrement un check-up complet chez le médecin pour surveiller les différentes fonctions vitales ;
• Mettre en place des aides techniques pour faciliter la vie quotidienne, comme l’installation d’une douche adaptée à vos besoins ;
• Un accompagnement en logements étudiés et spécialement aménagés pour une meilleure prise en charge de votre pathologie ;
• L’embauche de personnel spécialisé qui accompagne au quotidien sur les tâches quotidiennes chez vous ou bien dans un établissement dédié.

Ce sont là autant d’options possibles que vous pouvez envisager si jamais vous devez faire face à une perte d’autonomie.

Comment prévenir la perte d’autonomie chez les personnes âgées ?

La perte d’autonomie chez les personnes âgées est un sujet de préoccupation croissant dans notre société vieillissante. Face à cette réalité, il est nécessaire de prendre des mesures pour prévenir la perte d’autonomie et favoriser le maintien de l’indépendance et de la qualité de vie des seniors. Voici quelques conseils pratiques.

Une bonne alimentation joue un rôle clé dans la santé globale et le bien-être des personnes âgées. Le régime alimentaire des seniors doit être adapté à leurs besoins spécifiques. Pour prévenir les chutes et autres accidents domestiques, il est primordial d’aménager leur environnement en conséquence : installer des barres d’appui dans la salle de bain, opter pour un revêtement antidérapant sur les sols ou fixer une rampe d’escalier sont autant de mesures simples pouvant contribuer à garantir la sécurité.

Plusieurs actions peuvent être mises en place afin qu’un senior puisse continuer à vivre chez lui tout en étant accompagné au quotidien. Ces mesures visent à favoriser son autonomie ainsi que sa qualité de vie. Il n’est jamais trop tard pour modifier certaines habitudes alimentaires ou corporelles et ainsi améliorer notre santé globale !

Les aides financières pour accompagner la perte d’autonomie

Au-delà des mesures pratiques à mettre en place pour prévenir la perte d’autonomie chez les personnes âgées, vous devez savoir que des aides financières existent pour accompagner cette période difficile. Ces aides peuvent permettre aux seniors de bénéficier d’une assistance adaptée et ainsi vivre plus sereinement leur vie quotidienne.

Pour commencer, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) est une aide sociale destinée aux personnes âgées dépendantes. Elle est accordée par le Conseil départemental et peut financer tout ou partie des dépenses liées à l’aide à domicile ou à l’accueil en établissement spécialisé.

L’aide sociale à l’hébergement, quant à elle, prend en charge une partie du coût de séjour en établissement médicalisé dans le cas où la personne ne peut plus vivre seule chez elle.

Les caisses de retraite proposent aussi des solutions adaptées telles que le portage de repas, la téléassistance ou encore les services d’un aidant familial rémunéré. Dans certains cas, ces organismes peuvent prendre en charge jusqu’à 100 % du coût des prestations réalisées au domicile du senior.

Il existe donc un large panel d’aides financières pour accompagner les personnes âgées dans leur perte d’autonomie. Vous devez vous renseigner auprès des différents organismes concernés afin de connaître précisément leurs critères et conditions d’éligibilité.

Les dispositifs d’accompagnement pour les aidants familiaux

La perte d’autonomie chez les personnes âgées a aussi un impact considérable sur l’entourage familial, qui peut se retrouver en situation de soutien permanent. Les aidants familiaux sont donc des acteurs majeurs dans l’accompagnement des seniors dépendants.

Afin de leur venir en aide, différents dispositifs ont été mis en place pour faciliter leur quotidien et améliorer la qualité de vie du senior concerné. Parmi ces solutions, on peut citer notamment le droit au répit.

Le droit au répit permet aux aidants familiaux de bénéficier d’une prise en charge temporaire du senior par une structure spécialisée (EHPAD, foyer logement …) afin qu’ils puissent souffler et prendre soin d’eux-mêmes pendant quelques jours ou semaines. Cette solution est souvent proposée par les Conseils départementaux sous forme de prestations à domicile ou bien dans des établissements de santé.

Les associations représentant les aidants familiaux peuvent aussi apporter un précieux accompagnement moral et physique grâce à leurs actions concrètes comme une écoute attentive, des conseils juridiques personnalisés ou encore une mise en relation avec d’autres familles traversant la même situation difficile.

Certains pays mettent aussi à disposition des formations spécifiques destinées aux aidants familiaux pour leur permettre d’apprendre comment réaliser certains gestes médicaux essentiels tels que les injections ou le changement des pansements. Cela contribue ainsi à renforcer la confiance et l’autonomie tant chez le patient que chez son entourage familial proche.

La perte d’autonomie chez les personnes âgées est un sujet complexe qui nécessite des solutions multiples et adaptées selon chaque situation. Les dispositifs d’accompagnement pour les aidants familiaux ainsi que les aides financières existantes permettent de soulager l’entourage familial tout en apportant une assistance indispensable aux seniors dépendants.