Retraite

Quels sont les facteurs pouvant entraîner une perte d’autonomie ?

80 % des personnes âgées veulent rester chez elles

Aujourd’hui, 80 % des personnes âgées souhaitent rester chez elles le plus longtemps possible. Même si l’aide à domicile représente une alternative concrète au placement en maison de retraite (ou EHPAD), la réalisation de ce projet de vie peut s’avérer un véritable défi. Habitués à leur indépendance, les personnes âgées ne voient pas d’un œil positif leur perte d’autonomie et les conséquences que cela peut entraîner.

Refus de faire appel à des professionnels

Garder le contrôle de sa vie est un impondérable pour les personnes âgées et l’intrusion de professionnels dans leur vie quotidienne (auxiliaire de vie, aide à domicile, etc…), peut entraîner de fortes réticences, voire un refus catégorique. Ces situations de refus d’aide et/ou de soins le sont également et la question se pose donc, pour les professionnels de l’aide à domicile, de savoir comment y faire face.

A découvrir également : Qu'est-ce que l'APA et comment en bénéficier ?

Comprendre les causes de la refus d’aide/de soins

Les raisons pouvant entraîner un refus d’aide/de soins sont variées. Cependant, ils sont le plus souvent :

  • Médical : Les principaux facteurs tels que la perte de mémoire, les troubles du comportement générés par les maladies neurodégénératives, les syndromes démentiels peuvent favoriser le refus.
  • Psychiatrique : La dépression, la bipolarité, les pathologies psychotiques sont autant de troubles qui peuvent engendrer des troubles du comportement, un sentiment de persécution et donc entraîner des refus.
  • Psychologique : Dans un contexte de perte d’autonomie, les personnes âgées peuvent nier la maladie ou la dépendance. Il est également possible que la personne âgée éprouve le besoin de s’exprimer et de garder le contrôle de sa vie. Ce processus de protestation peut rassurer et donner l’impression d’être une personne à part entière.
  • Socio-économique : Les personnes âgées en perte d’autonomie ne connaissent pas nécessairement leurs droits et les soutiens existants. Ce manque de connaissances peut être effrayant, surtout en termes budgétaires. De nombreux systèmes de soutien existent, selon la situation (allocation personnalisée d’autonomie (APA), réductions d’impôts, etc.).
  • Culturel : Selon les religions, les coutumes, les soins ne sont pas vécus de la même manière. La relation avec le corps, la maladie, la barrière de la langue sont autant d’obstacles qui peuvent mener à un refus d’aide et/ou de soins.

Vous voulez en savoir plus ?

Découvrez la conférence complète « Refus d’aide et refus de soins » qui a eu lieu le 19 septembre 2017 !

A lire en complément : Quel sont les meilleurs métiers du monde ?