Seniors

Quelques titres d’articles

Le salaire du bonheur

Le revenu annuel idéal serait de 120 000$ par an, et le seuil de bien-être serait de 75 000$ à 95 000$… en Amérique du Nord, au moins. L’étude de l’Université Purdue — basée sur les résultats d’une enquête menée auprès de 1,7 million de personnes de 164 pays différents — montre que les attentes sont beaucoup plus élevées dans les pays industrialisés. Ils varient en fonction du nombre d’années d’études des personnes interrogées. Après le stade salarial idéal, aucune augmentation des revenus ne générerait plus de bonheur.

Source : Comportement humain de nature

A voir aussi : Où s'installer en Bretagne pour la retraite ?

Lumière Move

L’exercice physique quotidien, même à faible intensité, réduit le risque d’accident cardiovasculaire mortel. Il suffirait de remplacer 30 minutes de sédentarité par des activités simples telles que la marche ou les tâches ménagères pour atteindre ce résultat. Les scientifiques, qui ont étudié les cas de 1 200 Les Suédois ont conclu depuis 15 ans que l’exercice modéré est encore plus bénéfique, avec une diminution de 77 % des risques, contre 24 % pour une activité physique légère.

Source : Épidémiologie clinique

Lire également : Quelle banque choisir en Espagne ?

La robe… respecte

Tu es moins empathique envers une femme sexy. La capacité de comprendre et de ressentir les émotions, que l’on soit un homme ou une femme, est influencée par l’habillement de la personne qui se trouve devant soi. Plus elle met en valeur certaines parties de son corps et plus vous voyez de peau, moins vous êtes susceptible de tenir compte des sentiments de cette personne.

Source : Université de Vienne

Quand le ménage vous rend malade

L’utilisation quotidienne de produits ménagers équivaudrait à fumer un paquet de cigarettes par jour pendant vingt ans. Les personnes qui le font — nettoyeurs, par exemple — perdraient autant de capacité respiratoire au bout de 10 à 20 ans que si elles fumaient, selon des chercheurs norvégiens, qui ont suivi une cohorte de 6 000 personnes à partir de 1997. Par conséquent, les experts conseillent d’éviter autant que possible ces substances et de les remplacer simplement par de l’eau et un chiffon.

Source : The Independent

Je vous en prie, madame le professeur

On demande plus de faveurs aux enseignantes qu’à leurs collègues masculins. Qu’il s’agisse d’une date limite pour la soumission d’un travail ou de négociations pour obtenir une meilleure note, les élèves du collège tentent plus souvent leur chance avec des femmes. Menées dans des universités américaines, les recherches montrent également que les étudiants s’attendent à ce que leur candidature soit acceptée et ont tendance à réagir négativement lorsque ce n’est pas le cas.

Source : Rôles sexuels

Photo : Stocksy/Timacke

Un repas rapide, efficace… et cancérigène ?

Gorger de nuggets de poulet, de beignets, de lasagnes congelées et de barres tendres pourrait augmenter le risque de cancer. Des chercheurs français ont observé un lien direct entre cette maladie et les aliments ultra-transformés en étudiant les habitudes de 105 000 personnes entre 2009 et 2017. Une augmentation de 10 % de la consommation de ce type d’aliments entraîne une augmentation de 10 % des cas de cancer, plus précisément des cancers du sein. Cette corrélation pourrait être due à la mauvaise qualité nutritionnelle de ces aliments, mais aussi à leur emballage plastique, qui contient parfois des perturbateurs endocriniens. Notez que d’autres facteurs pourraient également être pris en compte : les personnes sédentaires et les fumeurs étaient plus susceptibles d’être parmi les participants ayant consommé plus de produits ultra-transformés.

Source : Journal médical britannique

Mieux, pas moins

Pour perdre du poids, il serait plus efficace de consommer des aliments plus sains et moins caloriques que d’essayer de limiter ses portions.

La source : L’appétit

Où dépensez-vous pour maintenir une population en bonne santé ?

Dans le domaine de la santé ? Peut-être pas. Nous devrions plutôt investir dans les services sociaux, selon une étude pancanadienne portant sur les dépenses provinciales entre 1981 et 2011. Si nous accordions 0,01$ de plus dans ce domaine — santé mentale, protection de la jeunesse, soutien aux personnes âgées… — pour chaque dollar alloué à la santé, les gouvernements pourraient augmenter l’espérance de vie de 5 % et réduire la mortalité due à des causes évitables de 3 % en un an.

Source : Journal de l’Association médicale canadienne